Certains d’entre vous se sont déjà lancés dans le watercooling, que ce soit d’une manière très simple par exemple avec un kit tout-en-un comme celui de be quiet! avec son Silent Loop, d’autres avec des éléments séparés pour monter sa propre solution de refroidissement, adaptée généralement à l’utilisation désirée, que ce soit simplement pour bien refroidir son processeur, ou avoir une solution silencieuse, ou encore se lancer dans l’overclocking.

Si on veut se lancer dans le watercooling, mieux vaut au départ, avant de vouloir investir trop d’argent, passer par un kit tout-en-un. Si l’idée est bonne au départ, il n’en reste pas moins qu’un tel système est généralement conçu à partir d’un cahier des charges précis, avec des contraintes prédéfinies.

En fait, et à contrario avec un système monté de toute main par l’utilisateur, qui choisira chaque élément spécifiquement, le kit tout-en-un peut présenter des avantages et des inconvénients.

Au titre des inconvénients, c’est la base du waterblock, autrement dit la partie en contact avec l’IHS du processeur) qui peut poser problème. En fait, cette base peut être plus optimisée pour certains processeurs que pour d’autres. Pour exemple la base du waterblock du Silent Loop, qui après test et démontage de la configuration, a fait apparaître une surface légèrement convexe au lieu de plane.

Renseignements pris auprès de be quiet!, cette surface a plus été optimisée pour les processeurs Intel qui présentent souvent une surface concave sur leur IHS. Le fait d’y ajuster un waterblock légèrement convexe permet de gommer une bonne partie des irrégularités et donc de minimiser la quantité de pâte thermique entre les deux, renforçant ainsi l’optimisation de transfert des calories entre les deux surfaces.

Bien entendu, be quiet! a également essayé de faire de telle sorte que le montage sur un processeur AMD puisse aussi être efficace, tout en essayant d’optimiser en quelque sorte la surface en contact avec l’IHS du processeur. En effet, l’IHS d’un processeur AMD étant en général bien plus plane que celui d’un processeur Intel, il en résulte donc une surface convexe qui vient en contact avec une surface plane, réduisant ainsi le contact entre les deux à moins de mm² que sur un processeur avec un IHS concave comme chez Intel.

Afin d’optimiser ce contact entre les deux surfaces que sont le waterblock et l’IHS du processeur, certains constructeurs de waterblock ont trouvé la parade, en proposant des réglages à effectuer avec une petite clé, servant à déformer légèrement la surface qui vient en contact avec l’IHS du processeur. Mais dans la cas d’un waterblock comme celui du Silent Loop, il est certain que be quiet! a essayé de trouver une solution qui puisse répondre au mieux dans chaque situation, donc un proposant un compromis, sans pour autant arriver à assurer un échange parfait entre ces fameuses surfaces en contact.

Possédant un processeur AMD, en l’occurrence un FX-8350, avec un IHS plat, je me suis dit que je pouvais optimiser ce transfert de calories entre les deux surfaces, en aplanissant et en polissant la surface du waterblock, tout en gardant néanmoins encore un semblant de surface légèrement convexe au cas où je passerais un jour du côté sombre de la force, à savoir chez Intel, avec l’IHS concave.

Voici quelques exemples d’IHS de différents processeurs, glanés sur Internet. On peut y voir qu’une grande majorité d’IHS de processeurs Intel présente en effet une surface concave, et inversement, une grande majorité de processeurs AMD présente une surface relativement plane. Afin de bien faire apparaître les déformations de l’ILS de chaque processeur, ce dernier a été poncé rapidement avec un grain d’environ 200 grains par pouce.